Pour les marques qui ont recours à l’audio branding, il est clair que l’usage stratégique du son joue un rôle important dans leur communication. Donner du son à sa marque, c’est la rendre mémorable, c’est aussi créer de la préférence, tout en bâtissant de la confiance autour d’elle.

Peut-on pour autant penser que la musique est un atout de ROI indéniable pour une marque ?

Déterminer comment justifier des dépenses dans ce domaine est de toute évidence une source d’inquiétude pour les marques. Les soi-disant lacunes d’indicateurs précis capables de déterminer le retour sur investissement de l’audio branding pourraient bien jouer des tours au secteur dans le futur. Mesurer les résultats émotionnels du son est une véritable gageure.

C’est en ce sens que Sixième Son a développé toute une série d’indicateurs qui montrent que le design musical a une réelle efficacité business.

Mais peut-être n’est-ce qu’un faux problème, et que la « mesure » des retours émotionnels est l’un des véritables indicateurs de ROI de l’audio branding.

Le ROI traditionnel n’est que la partie visible de l’iceberg. L’efficacité se mesure à présent avec l’analyse du « Return on Investment », mais aussi du « Return on Impression » !

« Music makes the people come together »

Si la musique peut largement prétendre au titre de booster de ROI pour les marques, c’est bien parce que, d’une certaine manière, elle rapproche les gens, et jouit d’un statut universel.

Mais comment expliquer que l’on puisse retrouver chez les Peuls Bororo du Niger des schémas musicaux des Païwans de Taïwan alors qu’ils n’ont jamais communiqué entre eux ?

la musique existe dans toutes les cultures depuis la nuit des temps.

Pour certains, ce serait même l’activité fondamentale de l’humanité. Et quelles que soient les cultures ou les périodes historiques, l’homme a toujours attribué des vertus à la musique.

Dire que la musique est le langage des émotions relève peut-être du lieu commun. Mais il faut militer pour la réhabilitation de cette évidence : rien n’est plus vrai qu’un coeur qui bat spontanément et à l’unisson d’un autre en musique. Il y a dans la musique quelque chose de transparent, d’immédiat, et qui n’existe dans aucun autre média.

La musique n’est donc pas une réalité virtuelle ; elle est bien réelle.

Par son aspect presque palpable, certes, mais également parce que digne de partage entre les communautés et les individus, elle rapproche.

Et l’engagement, le partage, sont des indicateurs de « Return on Impression », tout à fait applicables à l’audio branding.
De là à dire que bon son ne saurait mentir…

Follow us

Get our newsletter!

Annual Archive

Share This